Jean-Baptiste Renaud

Jean-Baptiste Renaud

Qui suis-je ?

Eh bien, présentement, je suis un gars à la retraite qui fait ce qu’il a toujours rêvé de faire : écrire des romans historiques. J’aime me lever le matin, déjeuner, prendre un bon café, m’asseoir devant mon ordi, réviser ce que j’ai écrit la veille et continuer mon récit. La recherche me passionne, et j’adore partager mes découvertes dans mes écrits. Je vise à recréer l’atmosphère et la façon de penser des gens de l’époque, tout en l’enrobant d’une intrigue captivante. Néanmoins, écrire reste un travail de solitaire et, dans mon cas, en silence. Je peux être des heures sans parler ni voir personne. C’est la rançon du métier. Certains diraient que « c’est pas mal platte ! », et pourtant je suis comblé.

Pour la base, je suis originaire de Deschênes, un village sur les rives de l’Outaouais, maintenant fusionné à la grande Ville de Gatineau. À l’Université de Sherbrooke, j’ai obtenu un baccalauréat ès arts général (en lettres françaises et anglaises et en histoire), puis un autre en communication à l’Université d’Ottawa. Pendant mes études, j’ai participé activement aux journaux étudiants à titre d’éditeur. Par la suite, j’ai fait carrière dans la fonction publique, aussi bien provinciale que fédérale, dans le domaine de la protection du consommateur.

Publications au sein de la collection 14/18

Les orphelins. Rémi et Luc-John (Tome 1), 2014

Les orphelins. Rémi à la guerre (Tome 2), 2015

Rencontre avec Jean-Baptiste Renaud

5 questions à Jean-Baptiste Renaud

  1. Le premier livre que vous avez lu ?
    Des BDs, sûrement Tintin, et tous les autres…
  2. Votre rêve d’enfant ?
    Grandir !
  3. Le livre que vous aimeriez écrire ?
    Un livre passionnant qui se lit d’une traite, comme Papillon ou Le Parrain.
  4. Papier ou ordinateur ?
    L’ordi – outil indispensable pour écrire et réécrire mes textes, faire de la recherche sur à peu près tout, et réviser la grammaire et l’orthographe.
  5. Votre première source d’inspiration pour vos projets d’écriture ?
    Des anecdotes de famille ou d’amis.

Un conseil pour un jeune qui souhaite devenir écrivain ?

Un petit brin à la fois… On peut avoir une bonne idée pour un roman, mais une fois devant l’écran, tout s’éparpille. Par où commencer ? Dans mon cas, j’écris quelques paragraphes, et c’est bien assez. Le lendemain, je révise ce que j’ai écrit la veille, ce qui m’inspire pour écrire quelques paragraphes de plus. Après un mois, j’ai complété un chapitre ou peut-être même plus.

Toi aussi, pose tes questions à Jean-Baptiste Renaud