Ainsi parle le Saigneur

Claude Forand Genre: Date de parution: avril 2006 ISBN : 2-89597-059-9 Prix : 18 $
Feuilleter ce livre
Microsite Livre papier
Livre numérique

Prix des lecteurs 15-18 ans Radio-Canada et Centre Fora 2008

Résumé

À Chesterville, deux adolescents meurent dans des conditions étranges suite à l’incendie de leur voiture. Un fanatique religieux se nommant lui-même le Saigneur implore le journal local : « Arrêtez-moi, avant que je recommence ». Une supplication qui prend tout son sens à mesure que le Saigneur continue de sévir. Face à ce tueur fou, l’enquêteur Roméo Dubuc se dresse pour tenter d’éviter un sacrifice ultime annoncé et qui ne saurait tarder…

Le mot de l’éditeur

Une véritable partie d’échecs qui se joue entre un tueur en série et la police régionale. Intrigue menée à fond de train, suspense soutenu, les fausses pistes et les cadavres s’accumulent.

Retours sur Ainsi parle le Saigneur

« […] Claude Forand manie remarquablement bien l’art du dialogue et sait cadencer les rebondissements de son histoire tout en évitant les écueils usuels. À lire si vous êtes amateur du genre […] »

Suzanne Desjardins, Nuit blanche, le magazine du livre, n°106, printemps 2007, p.80.

« Récit policier, Ainsi parle le Saigneur impressionne par le nombre considérable de suspects qui s’accumulent après chaque meurtre. Tout comme les enquêteurs et les citoyens de Chesterville, on reste impuissant devant tant d’atrocité, sentiment qui se décuple à mesure que grandit notre paranoïa. […] Après avoir poussé un soupir de soulagement, pensant que l’enquête tirait à sa fin, on replonge à nouveau dans l’horreur. Un seul petit paragraphe suffit à souffler au vent le château de cartes de nos certitudes. »

Ariane Ouimet, Québec français, n°148, hiver 2008, p. 13

« Dans son plus récent roman, Ainsi parle le Saigneur, Claude Forand ne cède pas à la tentation d’écrire un autre roman sur fond de terrorisme. Il choisit plutôt de mettre en scène une violence plus « personnalisée » : les victimes sont apparemment tuées par un justicier pour expier leurs fautes. L’intrigue est bien menée : un fanatique religieux prend sur lui de punir les pécheurs. »

Lucie Hotte, Nuit blanche, printemps 2007

« Le polar étant un genre quasi absent de la littérature franco-ontarienne, Claude Forand pourrait bien faire sa marque avec son tout dernier roman. [Il] vous garde en haleine de la première à la dernière page, sans compter que l’écriture est tantôt saccadée, tantôt colorée, toujours soignée. »

Paul-François Sylvestre, L’Express de Toronto, semaine du 13 au 19 juin 2006

Qu'as-tu pensé de ce livre ?